Chaque mois, retrouvez les petites questions de Tanneguy Arrou sur l’histoire de la commune, et les réponses qui vont avec ! Ce mois-ci, on revient sur le ruisseau de la Forge, et on revient sur la salamandre du blason de la JSD…

 

La photo « Histoire de Douzillac » : le ruisseau et le sentier de la Forge
La réponse de Tanneguy Arrou

Il y avait très certainement une forge en bas de Mauriac sur le ruisseau du même nom. Mais déjà au 19ème siècle elle n’existe plus. Vers 1840, un dénommé Guillaume Cluseau – exerçant le métier de teinturier – a souhaité y installer un moulin à foulons qui lui aurait permis de presser les étoffes sans passer par le moulin de Mauriac. Mais l’affaire est restée sans suite faute d’autorisation préfectoral (voir à ce propos le livre de Mr Chavatte Du côté de Mauriac).

Quant à notre ruisseau de la forge il arrive directement de l’étang situé un peu plus haut à Mauriac. Ce dernier est également alimenté par un autre étang au lieu dit l’Étang à Mauriac Nord. Celui-ci dépend de 3 ou 4 sources dont la plus importante n’est autre que la Fontaine de l’Abîme. Nos amis chasseurs, cueilleurs et marcheurs connaissent bien.

La Fontaine de l'Abyme

La Fontaine de l’Abyme

S’agissant du chemin de la forge il a subi les vicissitudes du temps. Avec le 19ème siècle sont arrivés le chemin de fer (un autre chemin) et la route départementale (alors appelée route de grande circulation) qui ont transformé le paysage. Le chemin de la Forge rejoignait l’Isle en passant juste derrière les anciens bâtiments Plydeco, il longeait la propriété de notre agent immobilier douzillacois (c’est là qu’il est encore le plus visible) et rejoignait les Chauvaux au niveau de l’arrêt bus.

Avec le 20ème siècle la zone plus élevée a été urbanisée et il n’est plus possible de reconstituer le chemin de la forge. Dans les années 1950 on parlait encore du vieux chemin qui engendrait sans doute des servitudes et des droits de passage eux aussi tombés en désuétude.

 

La photo « Histoire de Douzillac » :La Jeunesse Sportive Douzillacoise, une histoire de salamandres
La question de Tanneguy Arrou

terrain-footOn a vu beaucoup de salamandres ces derniers temps : En sculpture sur une fenêtre à meneaux du château de Mauriac et sur les maillots noirs et jaunes de la JSD. Le comité des fêtes l’a même reprise sur ses flèches de balisage. Il semble bien que l’on puisse établir un lien entre ces différentes salamandres. Quel est-il?

La Jeunesse Sportive Douzillacoise telle qu’on la connait aujourd’hui remonte à 1960 (déclaration en Préfecture du 15 avril 1960).vMais en fait elle est beaucoup plus ancienne. De quand date-t-elle ?

À quand remonte le terrain de sport actuel ?

There are no comments yet.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked (*).

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.