Chaleur oblige… la nuit, les fenêtres restent ouvertes  à la conquête de fraicheur. Loin d’être une nuisance sonore, je me fais alors bercer par le bruissement des feuilles, le chant des criquets, le coassement des crapauds. Morphée m’appelle tendrement. Quand tout à coup, la chouette hulotte ou chat huant (Strix Aluco) entre en scène et hulule à faire pâlir souris, campagnols et mulots.

Ce rapace nocturne est un des plus communs de France et d’Europe. Son corps trapu (≃ 500 g) d’une quarantaine de centimètres est soutenu en vol par des ailes d’une envergure d’environ un mètre. Son plumage moucheté du gris au brun roux la rend quasiment invisible dans son milieu originel, la forêt. Elle a su cependant s’adapter à notre environnement et vit également dans les parcs, jardins et cultures à partir du moment où elle dispose d’un arbre  de préférence creux ou d’une fourche profonde pour se protéger des regards indiscrets. Le mimétisme est de rigueur pour se protéger des prédateurs, c’est pourquoi elle se plaque contre le tronc d’un arbre. Lorsqu’elle se sent en danger, elle s’amincit, garde les yeux mi-clos et reste en position statique jusqu’à ce que le danger passe.

800px-Strix_aluco_aluco

Mais la nuit venue, il en est tout autrement. C’est bien elle, le danger. A l’affut sur une branche,  elle repère ses proies grâce à son ouïe très développée.  Ses ailes courtes lui permettent de slalomer entre les arbres facilement. Elle plonge en se laissant tomber et en ouvrant ses ailes au moment de l’impact. Elle saisit alors le trophée avec ses serres acérées et d’un coup de bec achève ses souffrances en repartant avec la dépouille sur son perchoir pour la déguster. Ses rémiges frangées absorbent les bruits, ce qui la rend extrêmement silencieuse et ne laisse quasiment aucune chance à son futur repas.

Strix_aluco_1_(Martin_Mecnarowski)

Quand elle chasse en milieu ouvert, elle vole lentement,  trouve ses proies en volant en zigzag et utilise parfois le vol stationnaire. Elle complète alors son régime alimentaire d’insectes, chauve-souris, poissons de surface, grenouilles et passereaux.

pelote
Comme toutes les chouettes et les hiboux, elle régurgite des pelotes qui se composent des restes non digérés comme les os, les dents, la fourrure et les plumes. Avec un peu d’expérience et un bon guide des traces, on peut déterminer à l’aide des pelotes de réjections quelle espèce à stationner à l’endroit de la découverte.

Contrairement à d’autres rapaces, les pelotes de chouette hulotte sont plus difficiles à trouver car la chouette hulotte n’a pas de zone de chasse fixe. Puisqu’elle est territoriale, elle délimite son vaste territoire en chanson. On reconnaît le hou-houou-ouououhou particulier et les ki-wik stridents caractéristiques de la chouette. Il n’est d’ailleurs pas rare de les entendre se répondre. Les chouettes hulottes entament la saison des amours en automne. C’est pourquoi, nous les entendons particulièrement à cette saison.

Puis, une nouvelle saison de chant s’annonce de février à début avril, période d’accouplement. La femelle couve alors entre 2 et 5 œufs blancs ronds pendant un mois. C’est alors le mâle qui fournira la nourriture à la femelle pendant cette période, puis 10 jours après l’éclosion. Un mois après l’éclosion,  les jeunes quittent le nid. Ils quémandent leurs diners de manière cacophonique car ils ne  s’envoleront que vers une cinquantaine de jours.

Strix_aluco_3young

A cette période, les jeunes sont particulièrement vulnérables. Si un petit tombe au sol en forêt, le renard n’en fera certainement qu’une bouchée. Dans les parcs et jardins, ce sont les chats qui font de gros dégâts. Sachez cependant que si vous voyez une chouette hulotte juvénile au sol, elle continue à être nourrie par ses parents.  Par contre si elle est blessée (choc de voiture, aile brisée, attaque de prédateur….), vous pouvez contacter la ligue pour la protection des oiseaux (LPO) qui la prendra en charge dans un centre de soins adapté. Par contre, sous ses faux airs de peluche,  c’est un rapace très agressif qui est capable de tuer d’autres rapaces comme des hiboux pendant la période de reproduction. Ne manipulez cet oiseau qu’avec une extrême prudence.

Le saviez-vous ?

Parfois les étourneaux, vivant en immense groupe font des dégâts considérables sur les productions agricoles. Les fauconniers entrent alors en scène en réalisant avec la chouette hulotte des campagnes d’effarouchement. Redoutables alliées, elles empêchent les volatiles de se poser sur les branchages après la tombée de la nuit et anticipent le départ des oiseaux pilleurs.

Strix_aluco_2_(Martin_Mecnarowski)

Comment fait-on la différence entre chouettes et hiboux ?

Les chouettes et les hiboux sont des espèces différentes. Bien que physiquement proche, on fait facilement la différence en observant la tête de ces volatiles; les hiboux portent fièrement des aigrettes, touffes de plumes situées au-dessus de la tête. La chouette quant à elle, a une tête ronde.

Birds_of_the_world_for_young_people_(Pl._5)_(7971255648)

Un peu d’histoires…. Un peu de folklore… un peu d’imagination.

Depuis toujours, la chouette est à l’origine de mythes, superstitions et croyances malheureusement de mauvaise augure. En effet, au moyen-âge, les chouettes, maitresses de la nuit, étaient associées aux sorcières et aux mauvais sorts. Il n’y a pas encore si longtemps, pour protéger les maisons, le bétail et les récoltes, les chouettes étaient clouées aux portes des granges. Quand on entendait son cri, il fallait jeter du sel sur le feu ( le sel, étant censé éloigner le malheur et les mauvais esprits).

Bien avant cela, les Romains considéraient que d’entendre une chouette présageait la mort d’un proche et dans le folklore arabe, la chouette hulotte était l’incarnation des esprits des défunts non vengés.

Au Pays de Galles, le hululement de la chouette annonce qu’une jeune fille vient de perdre sa virginité.

Malgré tout, la chouette n’a pas toujours été haïe. Dans les civilisations antiques, comme l’Egypte, la chouette représentait la lettre « m ». Dans la mythologie grecque, la chouette était l’animal sacré de la déesse Athéna et elle symbolisait la sagesse et l’intelligence.

Du côté des superstitions, il est dit que si la chouette chante, c’est signe de beau temps.

Aluco

Sources :

Internet :

www.oiseaux-birds.com – Wikipédia – www.onf.fr – www.hulotteparisienne.fr – www.leseffaroucheursduciel.com

Bibliographiques :

Guide ornitho Delachaux

 

La chouette est une espèce protégée par la loi, il est interdit de la tuer, et tout comportement qui lui est nuisible est passible d’une amende.

There are no comments yet.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked (*).

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.