C’est la rentrée! – Laura, Douzillacoise et nouvelle professeure de mathématiques

Assez parlé de ces jeunes en voyage à l’autre bout du monde, il est temps pour nous de revenir plus près de nos préoccupations du moment et de notre Périgord natal ou d’adoption. Et quoi de mieux pour cela que de parler d’une rentrée emblématique, la rentrée scolaire, en compagnie d’une toute nouvelle professeure issue des rangs de l’école du village ?  

Laura, une jeune femme qui a su aller au bout de son ambition!

Laura, une jeune femme qui a su aller au bout de son ambition!

Laura Joseph, 24 ans et fraîchement diplômée d’un Master de mathématiques, réalise cette semaine un vieux rêve : elle fera sa première rentrée en tant que professeure de mathématiques au collège de Véline, à côté de Ste-Foy-La-Grande. Et ce n’est pas mentir de dire qu’elle a toujours eu pour ambition de devenir professeure. Du moins ne serait-ce dès la 6ème où son faible pour la discipline de sciences pures se confirme sérieusement. « Un jour je serai professeure de maths ! » disait-elle déjà à une époque où les vocations de princesses, chanteurs et millionnaires sont encore légions dans la cour de récréation. Dès lors, elle ne lâchera plus jamais vraiment ce vieux rêve, malgré le parcours du combattant qu’elle a du réalisé. Première épreuve : une dose d’humilité et de persévérance. Après les douces années collège arrivent les dures années lycée. Fidèle à son vœu, Laura entre en section Scientifique en 1ère et en ressort avec une note de 10,5 à l’épreuve de maths du Baccalauréat. Une note certes moyenne, mais qui n’a pas empêché la jeune bachelière de continuer dans sa voie, et bien lui en à pris. Le premier conseil qu’elle prodigue aux jeunes en manque d’assurance est de ne pas se décourager, car le travail fini toujours par payer. La deuxième étape elle pourrait être assimilée à une course à l’aveugle dans ce qui est devenu depuis quelques années un éternel chantier de réformes. Elle nous raconte son entrée dans le monde universitaire : « Au départ, lorsque je suis arrivée en fac de mathématiques, le contrat était que je devais y faire une licence (3ans), puis passer deux ans en IUFM pour pouvoir ensuite enseigner. Sauf qu’en 2ème année, on nous annonce gaiement que les IUFM vont disparaître et qu’il ne faudra non pas une licence mais un Master (5 ans) de mathématiques pour devenir professeure. » Moment de panique et de doute alors pour Laura, qui s’interroge sur son envie de poursuivre une formation de plus en plus théorique là où son souhait était de rentrer dans la pratique. Finalement, le destin semble envoyer un signe de soutien à notre apprentie professeure lorsqu’elle découvre une possibilité de formation en alternance en Master 1. Cette possibilité, sur la base du volontariat, est alors rendue possible dans uniquement 2-3 académies en France. Le programme : chaque mercredi celebrex for tmj pain matin, les volontaires se rendent en binôme dans un établissement et sont sous la responsabilité d´ un tuteur. Après quatre mois d’observation de leur tuteur, entre septembre et décembre, les stagiaires ( elles sont rémunérées le minimum légal de tout stagiaire, 416€ alors) prennent sous leur responsabilité les classes du tuteur. Préparation de cours, lexapro generic corrigé de copies, le pari semble risqué alors, car à côté de cela, il fallait valider la formation de Master. Laura décide tout de même de tenter sa chance et quitte son travail au Intermarché de Neuvic. Elle débarque alors dans un lycée en ZEP. De Lormont, avec sous sa charge une classe de seconde, une Terminale STG et une Terminale ES. « C’est un choix que je ne regrette pas du tout, cela m’a apporté une bonne petite expérience et j’étais à ce moment là certaine de ne pas faire fausse route quant à la décision que j’avais prise en 6eme. Puis cela m’a réconcilié avec les ZEP, les élèves bien que bavards y sont super attachants ». À côté de cela, Laura a poursuivi son Master,orienté vers les mathematiques pures, qui laisse un certain goût d’inutilité pour la suite de son projet : « chaque semestre, nous avions des examens qui parlaient de choses que je ne comprenais pas, mais que, par magie ou je ne sais qu’elle divinité, mais que j’ai réussi à valider ». Heureusement, la formation comprenait également un cours de didactique, sur l’enseignement en soi, donné par des anciens professeurs de l’IUFM. Cette matière à passionné Laura, qui s’y retrouvait parfaitement (« cela faisait longtemps que je n’avais pas eu des 15-16 sur mes copies ! »). Elle a également pu faire un stage de 6 semaines lors de sa deuxième année de Master, ce qui lui fait dire que la réforme n’a pas eu que du mauvais puisque la pédagogie gardait une place dans la nouvelle formation. Autre avantage non négligeable de la masterisation, les futurs professeurs passaient alors à l’échelon 3 de la grille de salaire de fonctionnaire, faisant passer leur rémunération de 1580€ à 1700€ net. « Maintenant, je pense que les cours de mathématiques ultra-poussées n’ont absolument celebrex and tylenol together side effects aucun intérêt, sauf pour faire de la sélection là où il n’y en à pas besoin, puisqu’il y à plus de postes disponibles que de reçus ! » explique-t-elle. Elle garde cependant espoir pour la suite, puisque l’on propose désormais des stages pratiques dès la 3ème année de licence et que l’examen final, le CAPES, portera également sur la didactique et plus seulement sur les mathématiques. Maintenant, Laura n’attend qu’une chose : retrouver ses classes de 6eme et 5eme (« que des petits bouts de choux ! »), un âge où les enfants sont selon elle adorables et enthousiastes, toujours prêts à participer. Une flamme qui disparaît souvent arrivé en 4ème… finalement c’est davantage sa rencontre avec sa tutrice et l’équipe pédagogique qui la stressait, craignant de se retrouver avec des professeurs croulants et blasés. Mais les quelques retours qu’elle a eu sur sa nouvelle école sont tous très positifs, et Laura appréhende bien la rentrée. Il ne nous reste donc qu’à lui souhaiter bonne chance et tous nos vœux de réussite, en espérant peut-être la voir manier la règle et le compas à Neuvic… Petit Jeu Bonus : A défaut d’avoir une photo de classe avec Laura comme professeure, nous en avons retrouvé d’elle en tant qu’écolière à Douzillac et Beauronne. Saurez-vous l’identifier ainsi que ces petits camarades…?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est la rentrée de la JSD!

Finie la pause estivale, la cloche de la reprise a sonné! Et c’est avec un moral gonflé après une victoire 4-2 lors de leur dernier match amical que la Jeunesse Sportive Douzillacoise se prépare à affronter St Aquilin/Segonzac dimanche à 15h30 pour le premier tour de la coupe de Dordogne. L’équipe a su montrer un beau visage face à Léguillac de l’Auche jeudi soir, ce qui laisse présumer une saison pleine pour l’équipe du village.   Ce résultat fait suite à une préparation de deux matchs amicaux courant août, contre Neuvic le lundi 12, et St-Laurent des Hommes le vendredi 23. Défaits respectivement 2-1 et 4-2, l’équipe première restait encore en phase de rodage le temps de récupérer tous ses effectifs et de se lancer dans le championnat à partir du 8 septembre. Alexandre Bonis, président et joueur de la JSD, nous livre une rapide analyse de la saison 2013/2014 : « Dans la poule de l’équipe A ( Promotion 2ème Division poule D), on se retrouve avec Eymet, notre premier match de championnat le 8 septembre à domicile, une équipe qui était dans notre poule la saison dernière. On retrouve également La Force et Le Monteil, une équipe qui a loupé la montée de peu comme nous. Ensuite nous avons Sauveboeuf, Pays Beaumontois, Creysse, Monbazillac, St Avit Senieur, Pays Lindois, Gardonne et Atur. » « Je pense que Le Monteil va être un de nos principaux concurrents car on s’est joué le haut de tableau toute la saison dernière, mais la saison va être longue et difficile et toutes les équipes ne sont pas à prendre a la légere. On jouera les matchs les uns après les autres mais on espère bien faire parler de nous par notre brillant football »

conclut-il avec une pointe d’humour. Pour le premier match de championnat de la saison 2013/2014, les deux équipes joueront a domicile le 8 septembre, l’équipe B recevant Petit Bersac 2 en lever de rideau et l’équipe A jouera contre Eymet. Alors venez les encourager pour démarrer l’année sportive de la meilleure des façons! Rappel des premières dates : Dimanche 1er septembre : match à 15h30 à Douzillac contre Léguillac de l’Auche (Coupe de la Dordogne) Dimanche 8 septembre, à Douzillac :

  • 13h30, équipe B contre Petit Bersac 2
  • 15h30, équipe A contre Eymet

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La pré-rentrée de Douzillac Mon Village

Bonjour à toutes et à tous!

L’été est déjà bien entamé et voilà qu’il faut recommencer à préparer la rentrée et toutes les bonnes et mauvaises augures qu’on y rattache. Pour Douzillac Mon Village, j’ai envie de croire qu’il n’y a que de bonnes perspectives à venir, avec quelques embuches certes, mais que le meilleur reste à venir !

Je ne peux m’empêcher de revenir une année en arrière, période à laquelle l’idée du site pour le village se formait dans ma tête. A l’époque c’était un dossier d’une vingtaine de pages rassemblant réflexions personnelles et ébauche de plan à la lumière de ma petite expérience dans le domaine numérique. Aujourd’hui, c’est un site internet relativement complet, avec une activité florissante et une équipe de personnes assez variée pour faire valoir sa différence tout en représentant assez fidèlement les personnes et organisations du village. Et ça me donne du panache !

Après, est-ce que tout roule comme sur des roulettes ? Certainement pas. N’avons nous pas créé de déceptions ? Sans aucun doute. L’apprentissage est souvent difficile, surtout quand on doit tracer son propre chemin. Un site internet citoyen et participatif, sans véritable hiérarchie ni règles claires, dans une commune rurale où encore bon nombre ne savent ce qu’est Google, l’étudiant en gestion que je suis pourrait être dubitatif. Mais ça, c’était avant.

Aujourd’hui les pratiques de collaboration sont au centre d’un nouveau discours positif qui contrebalance le tableau morose que l’on nous dépeint de la France. Qu’il s’agisse de l’économie collaborative, avec les sites de partage et de location de voitures, de logements ou encore d’outils, ou que l’on parle de journalisme participatif qui prend petit à petit le rôle d’une presse locale en crise, notre site a vocation à créer des solutions à des problèmes de nos jours : la convivialité, l’autonomie, la transparence, l’écologie…

A l’heure actuelle, nous comptons sur une poignée de personnes qui acceptent de donner de leur temps pour réfléchir à cette plateforme, l’alimenter et la bâtir. Il en faudra certainement plus si nous voulons que nos efforts soient durables.

Or, il y a une sorte de fatalité à admettre, et que je résumerai à une phrase entendue en classe l’an dernier : « Dans le modèle actuel, nous créons de la valeur au sein de l’entreprise privée, à qui nous donnons la grande partie de notre temps. Une bonne partie de ce temps est également consacré à servir l’intérêt public en reversant de l’argent à l’État et en accomplissant nos devoirs de citoyens. Puis en bonne dernière position arrivent les activités citoyennes, « non-lucratives », donc sans grande valeur. C’est ce que l’on fait en arrivant chez soi le soir, une fois que nous sommes bien fatigués ».

Ce site est le fruit de gens peut-être bien fatigués, qui n’ont pas forcément de compétences directes à la construction d’un site mais qui perçoivent l’intérêt, la valeur que celui-ci crée dans le village. Mon pari personnel, c’est que cette valeur mérite d’être mise au cœur d’un projet entrepreneurial, et c’est dans cette perspective que je rentre au pays à l’automne. Pour approfondir à temps plein les possibilités d’une plateforme numérique et des outils de terrain à y rattacher et pour offrir cette chance à d’autres communes à terme.

Il est temps donc pour moi d’établir un premier bilan de l’expérience Douzillac Mon Village, pour monter d’un cran le travail accompli. Mais pour cela, j’ai besoin de vous. J’ai besoin de vos retours d’expérience, de vos avis et de vos envies pour établir ce diagnostic. Pour cela, je vous serais extrêmement reconnaissant de remplir le sondage suivant qui ne prend que deux minutes : sondage Douzillac Mon Village.

Attention, mon propos n’est pas d’être considéré comme le « chef » de ce site, bien au contraire. L’objectif est que ce site puisse tourner un jour sans ma présence, grâce à l’implication de tous, sans que chacun n’est à bousculer son quotidien.

Le bilan ainsi réalisé sera présenté à mon retour à Douzillac, prévu pour le mois de Novembre. Et commencera une nouvelle année pleine je l’espère ! Mais en attendant, je vous souhaite une bonne fin de vacances et une bonne fête du village.

Paul Mariuzzo-Raynaud pour Douzillac Mon Village
paul.mariuzzo@gmail.com