Bienvenue au Cottage Tattoo!

Si vous habitez le village, vous vous êtes certainement aperçu de ce petit panneau atypique apparu il y a peu à l’entrée de Mauriac Sud, aux abords de la route départementale en allant vers Neuvic. En se rapprochant, vous y verrez le portrait en noir et blanc d’une femme à la fois chic et désinvolte, arborant une ribambelle de dessins sur tout le corps. En dessous, une inscription « Tatouage » et une flèche indiquant la route du château de Mauriac.

C’est justement en contrebas du monument du village que s’est installée Marjorie Valstar et son « Cottage Tattoo » depuis la mi-novembre, un salon de tatouage pas comme les autres. Sa première marque de fabrique : c’est dans les murs de sa résidence qu’elle a décidé d’installer son activité, une rupture avec le modèle habituel qui consiste à s’installer dans le centre-ville des grandes agglomérations. Et une excellente façon de partager le calme et la beauté de ce cet îlot de tranquillité, qui le rapproche des célèbres cottages des îles britanniques.P1070428

Mais il suffit de franchir le pas de la porte pour découvrir un tout nouvel univers. Un ton résolument vintage, avec de vieilles radios et un mobilier chaleureux, qui nous aspire dans les années de la Prohibition américaine, grande source d’inspiration de Marjorie Valstar. C’est que son activité, démarrée à la mi-novembre, s’inscrit dans une démarche avant tout artistique. Entre l’apprentissage de quelques instruments (piano, violoncelle), les festivals de rockabilly et l’envie de se mettre à la peinture, les terrains d’expérimentation ne manquent pas ! Mais pour l’heure, c’est au tatouage que Marjorie souhaite montrer l’étendue de ses compétences.

Le tatouage, passion de longue date

P1070426Car le tatouage n’est pas métier qui s’obtient nécessairement avec un diplôme, c’est avant tout un travail d’autodidacte. Et la tatoueuse du village, aujourd’hui âgée de 37 ans et mère de 5 enfants, n’en est pas à son premier coup d’essai. Elle s’est faite elle-même son premier tatouage à l’âge de 15 ans.

Maintenant, pour réaliser un tatouage, celle-ci prend le temps lors d’une première rencontre de s’imprégner de l’idée de son client et de découvrir son univers pour obtenir un travail sur mesure. Peu contrainte à l’urgence grâce au travail à domicile, Marjorie Valstar travaille sur rendez-vous et prend le temps de faire connaissance. « Il faut que la magie de la rencontre opère parfois pour se lancer, et il n’y a pas d’âge pour se faire tatouer de nos jours » explique-t-elle. La clientèle, elle, se constitue principalement sur la base du bouche à oreille, et commence à fleurir considérablement. En tout cas, bon nombre de douzillacois sont déjà passés dans son atelier.

Et l’hygiène dans tout ça ?

Après, pour se lancer faut-il s’assurer des bonnes conditions hygiéniP1070419ques du travail. Vous serez donc rassurés de savoir que Marjorie détient un diplôme attestant d’une formation sur l’hygiène et la salubrité et qu’elle applique méticuleusement les règles de base : tout son matériel (aiguilles, réservoir d’encre…) est à usage unique. Le carrelage au sol n’a pas de joint. L’encre respecte scrupuleusement la réglementation française dont on a tant entendu parlé dernièrement et évite tout produit trop allergène. Et tous les restes partent à la déchèterie de Neuvic, pour convaincre les plus écolos. Pour ceux qui restent craintifs, Marjorie vous rappellera : « Je me tatoue avec, je tatoue les gens que j’aime, alors vous vous doutez bien que je fais très attention ! ».

Ne vous reste donc plus qu’à repenser à ce petit dessin ou phrase que vous souhaitiez inscrire dans votre peau de longue date, et à passer voir Marjorie pour la réalisation. Cap ou pas cap de se tatouer « Douzillac Mon Village » sur le cœur !

Pour contacter Marjorie Valstar : 06.71.98.71.85 ou cottagetattoo@orange.fr