Faune et flore de Douzillac : Saule blanc

Nom commun : Saule commun, saule blanc, aubier, osier blanc, osier jaune, saule vivier, saule argenté

Nom latin : Salix alba

Famille : Salicacées 

Origine : Hémisphère Nord dans les zones humides ou proches des cours d’eau, donc supporte le gel et les innondations.

Milieu : Espèce pionnière, c’est à dire qu’il est l’un des premiers à coloniser ou recoloniser un espace écologique (ici, les zone humides)

Taille: Il peut atteindre 25 mètres de haut pour 10 mètres de large avec une croissance rapide mais sa hauteur peut être limitée par des coupes. successives. Dans certaines régions, il est utilisé pour la création d’arbres têtards. En éliminant les grosses branches, on favorise la création de rejets fins et droits, l’osier est alors coupé l’année suivante. En attendant 3 ou 4 ans, on récoltera des buchettes. Et la patience remplira le bûcher au bout de 5-10 ans.  Cf. lien pdf en bas de page.

Système racinaire : Pivotant et traçant.

Bois : Tendre, léger, peu résistant, mais souple pour les rameaux. Forte chaleur à la combustion.

Ecorce : Jeunes rameaux vert ou brun-vert  grisâtre se fissurant longitudinalement en vieillissant.

Port : Erigé, retombant avec une cime large

Feuillage : Feuilles (5 à 12 cm) caduques, alternes, lancéolées, étroites, effilées et vert-argentées, luisantes et finement dentées. Les jeunes pousses et feuilles sont recouvertes d’un duvet blanc soyeux qui donne une teinte argentée.

Reproduction : Plante dioïque, les saules ont soit des chatons males soit femelles. Au printemps (février-avril), les femelles portent des petits chatons verts ( 3 à 5 cm) pendants. Les males (7cm) se parent de fleurs jaunes placés à l’aisselle d’une feuille.

Fruit : Petite capsule contenant des petites graines duveteuses en juin sur les saules femelles.

Croissance : Rapide

Multiplication : Semis ou bouturage

Qualité du sol : Humifère, frais, profond, lourd, et de préférence non calcaire.

Exposition : Ensoleillée

Durée de vie : Une centaine d’années

Utilisation :

  • Bois de chauffage
  • Sculpture, sabots, battes de cricket
  • Fabrication de manches d’outils, perches.
  • Vannerie
  • Fabrication de fusain d’artiste
  • Phytothérapie : l’écorce soulage les douleurs et fièvres. L’aspirine a été synthétisée grâce au saule
  • Hormone de bouturage : eau de saule
  • Tanner le cuir

Un saule = un écosystème : Le nombre d’animaux vivants dans ou à proximité du saule est conséquent. De plus, les abeilles y trouvent du nectar et pollen à profusion en début de saison.

 

Cousins : 300 espèces de saules, arbres et sous-arbrisseaux dans le monde et une trentaine en France

Un peu d’histoire… un peu de folklore… un peu d’imagination…

  • Le saule est le symbole de la lune, de la femme et de l’eau.
  • Le saule est le symbole de l’immortalité dans la mythologie orientale, certainement lié au pouvoir de régénerescence d’un simple rameau planté en terre.
  • Les branchages étaient utilisées pour des rituels grecs,
  • La déesse inca du maïs, saramama était associée au saule,
  • Les sorcières chez les germains habiteraient dans la cime des saules, d’ailleurs les sorcières nouaient les rameaux de bouleau à leur balai avec des brins d’osier,
  • D’après les frères Grimm, il faut fabriquer une flute en bois de saule pour chasser le diable,
  • Le phénix vivrait dans un saule sacré,
  • Cueillir des branches au lever du soleil lors du solstice d’été serait un porte bonheur,
  • En Bretagne, on se servait d’une croix réalisée avec deux brins de saule sur la surface d’une source sacrée. Si elle flotte, alors la mort est prochaine, si elle coule rapidement, alors la vie sera longue,
  • Le dieu Coyote aurait créé des humains avec du saule et du cornouiller.

Bibliographie

 

http://www.arfe.fr

Wikipédia

http://www.tela-botanica.org/bdtfx-nn-59255-synthese

Des infos sur les saules têtard:

http://fne-franche-comte.fr/wp-content/uploads/2016/09/2016-09-07-plaquette-tetard-A4.pdf

 

Faune et Flore de Douzillac : Le sureau noir

Le sureau noir (Sambucus nigra) ou grand sureau est l’un des arbustes connus des cueilleurs-gourmands. Comment le reconnaître pour concocter de savoureux pots de confitures, des beignets ou autres douceurs ?

Il peut  atteindre 6 m de haut et autant d’envergure. On le rencontre dans toute l’Europe dans les haies, les fossés, les lisières de forêts mais également les terres agricoles abandonnées et les décombres. La plupart du temps, il se plait dans un sol frais. En cette période, on l’identifie facilement grâce à ces fruits, excepté si les oiseaux se sont déjà servis (ce qui est probablement le cas).

Les plus pressés les goûteront sans attendre au pied de l’arbuste. Cependant, savamment accompagnées de sucre et d’épices, ces petites baies rouges, puis noires (signe qu’il est temps de remplir les paniers) se transformeront en gelée ou sirop révélant leurs goûts acidulés et sucrés. Pour les plus grands, le vin de sureau se prépare avec les fleurs que l’on récolte en juin. Bien que cet apéritif se consomme avec modération, il est compréhensible que l’on souhaite en préparer quelques bouteilles d’avance,  songer alors à laisser des ombelles sur l’arbuste afin qu’il puisse fructifier et assurer son rôle d’hôte des campagnes.

En effet, en laissant quelques fleurs sur l’arbre, vous permettez à de nombreux insectes de se nourrir. Le sureau héberge une faune importante dont des papillons, des abeilles sauvages, des guêpes et carabes qui nourriront à leurs tours les oiseaux. Ces derniers installent d’ailleurs très volontiers leurs nids sous l’épais couvert du feuillage.

Si vous êtes jardiniers, le sureau saura vous rendre service. Tout d’abord par les auxiliaires de culture qu’il héberge et d’autre part par ses propriétés insectifuges et antifongiques. En effet, vous pouvez pulvériser une décoction de 100 g de feuilles pour 1 litre d’eau sur vos plantes attaquées par les pucerons, altises et noctuelles. Cette préparation est à renouveler tous les trois jours. L’infusion (même dosage à infuser 12 heures) quant à elle serait efficace en traitement curatif contre les champignons (rouille, mildiou, oïdium…). Enfin, le purin de sureau éloignerait les rongeurs et les taupes.

Il est noté dans les vieux livres de déposer des feuilles de sureau sur les tas de grains pour prévenir les invasions de « charançons des grains ». pourquoi ne pas tenter d’en mettre dans les lieux de stockage des farines…

 

Si vous avez un doute concernant son identification, mieux vaut tout de même demander à un connaisseur. En effet, en France, il existe une plante toxique qui lui ressemble beaucoup : Sambucus Ebulus, le sureau  yèble ou faux-sureau. Pour vous éviter des troubles digestifs escortés de nausées plus ou moins virulentes, voici les caractéristiques qui vous permettront de faire la différence. Tout d’abord, le sureau yèble reste petit, compté deux mètres maximum car chaque hiver, il  disparaît. Par conséquent, le sureau yèble n’a pas d’écorce. Ensuite, pendant la période de la fructification, les grappes de fruits du faux-sureau sont dressées vers le ciel contrairement au sureau noir, dont les fruits tombent vers le sol.

Un peu d’histoire… un peu de folklore… un peu d’imagination.

Malgré son odeur caractéristique et pour le moins désagréable, le sureau noir accompagne nos ancêtres depuis des temps immémoriaux.  Des traces de son utilisation sur plusieurs sites préhistoriques ont été d‘ailleurs découverts.  C’est certainement pour cela qu’on lui a attribué des pouvoirs mystiques. Dans certains pays, on pense qu’il protège la maison et le jardin de la présence des esprits malins. Il parait qu’il ne serait jamais atteint par l’orage et que s’il se sème naturellement chez vous, la chance vous sourira…

Si vous être mélomane et habile, le sureau sera votre compagnon. En enlevant la moelle d’une branche, vous pourrez fabriquer une flûte qui vous suivra pendant vos ballades; peut-être l’occasion de rencontrer un faune périgourdin…

Sources:

Wikipédia

Guide des fruits sauvages  – fruits charnus – Gerard Gilllot et Jean-Emmanuel Roché

Lamontagne Michel – le nouvel agenda du jardinage

Larousse des plantes médicinales

Guide pratique du jardinier français ou manuel d’horticulture de Desmoulins Philippe

Faune et flore de Douzillac : la massette

Les eaux dormantes sont pour certains d’entre nous des étendues obscures où seuls les imprudents ou connaisseurs s’y hasardent. Il est vrai que les marais peuvent être des pièges, mais un peu de bon sens, un minimum de connaissances et d’équipements permettent de s’y aventurer. Bien que la vase m’ait avalé quelques paires de bottes, que les moustiques aient bu une bonne partie de mon sang et que je sois revenue en mode commando, hourdée de boue, je n’éprouve aucune rancune envers les marais, marécages et bras morts, au contraire. Douzillac en compte de nombreux qui sont tous de merveilleux réservoirs faunistique et floristique.

Une plante caractéristique y demeure : la massette.

illustration_typha_latifolia0

Les massettes (Typha), roseau à massette, quenouille d’eau ou roseau de passion sont assez  communes en Europe et en France. On en compte plusieurs espèces; vous les avez certainement remarquées lors de vos excursions.

C’est une plante vivace très vigoureuse qui excelle dans l’art de la multiplication, d’une part par ses longs rhizomes ramifiés et d’autre part par la voie aérienne via ses graines légères comme une plume. C’est pourquoi, beaucoup la trouve envahissante. Les tiges robustes et érigées de 1,5 à 3 m de haut possèdent des feuilles larges de 1 à 2 cm. On la confond souvent avec le roseau mais une fois l’inflorescence présente entre juillet et septembre, impossible de ne pas la reconnaître. C’est en sorte sa marque de fabrique. Voici une photo qui vaut mille mots.

inflorescence-typha

Les graines et les akènes qui les protègent  sont également caractéristiques. Une massette produit la modique somme de 300 000 graines

Monsieur Gèze, en 1912, expliquait que les tiges de massette servaient à réaliser les joints des fûts et à la fabriquer des pièges à poissons.

Les feuilles étaient utilisées pour :

  • réaliser des liens pour les greffes,
  • attacher toutes sortes de paquets,
  • fabriquer des nattes, des paillassons, des corbeilles,
  • entourer les feuilles sèches de tabac,
  • pailler les chaises,
  • servir à la fabrication de textile, compromis entre le chanvre et le jute,
  • fabriquer de la pâte à papier,
  • servir de litière aux animaux.

Les rhizomes quant à eux, ont nourri pendant des siècles les porcs et les humains.

Le duvet (protection des graines ) était utilisé pour remplacer le coton cardé, dans les cas de brûlures suppurantes.

grass-1283557_960_720

Aujourd’hui, la massette n’a plus autant d’utilisations au quotidien et n’a plus d’attrait économique comme il y a cent ans. Cependant, on lui confère  d’autres missions en relation directe avec l’air du temps. En effet, elle est plantée dans les aires de lagunage et tout autre système de phyto-épuration. Les amateurs de bassin d’ornement l’installent harmonieusement car elle a la capacité de libérer de l’oxygène dans l’eau.

Dans certains pays, la massette est utilisée pour confectionner la chaume des toits.

Et d’un point de vue alimentaire, quelques-uns la consomment. Voici quelques idées pour les curieux :

Le rhizome se récolte en automne-hiver, lorsqu’il est  riche en amidon. Il est alors mangé cru (mais je le déconseille au vu des foyers possibles de Leptospirose) ou cuisiné comme la pomme de terre. Séché et broyé, la farine sert à épaissir les soupes et les ragoûts ou élaborer des galettes.

Les jeunes pousses sont récoltées en début de printemps et ont un gout proche du cœur de palmier. On les prépare à la vapeur comme des asperges ou frites.

On  récolte le pollen en plaçant la massette dans un sac plastique et en la secouant. Vous serez impressionné par l’abondant rendement. Vous le mélangerez alors dans la farine du pain ou pour saupoudrer vos salades.

cattails-1447257014d4e

Ressources internet:

Wikipédia.org

Via gallica. com

Plantes-comestibles.fr

Ressources bibliographies:

La nature comestible de Ian Burrows

Grande encyclopédie d’économie domestique, Jules Trousset 1875

Thèse:  études botaniques et agronomiques sur les typha et autres plantes palustres – 1912 – Mr. Gèze