Bonnet obligatoire en hiver!

Bonnet obligatoire en hiver!

Aujourd’hui, c’est de l’autre côté de l’Atlantique que nous partons, au Canada. Au Québec, plus exactement, car certains habitants locaux n’aiment pas être assimilés au pays fédéral. Au pays du sirop d’érable, ce n’est autre que le co-fondateur du site Douzillac Mon Village, Paul Mariuzzo-Raynaud, qui nous raconte son expérience montréalaise, où il vit depuis deux ans. Peux-tu te présenter en quelques lignes? Je m’appelle Paul, j’ai 23 ans et suis un enfant du village, où j’ai vécu de l’âge de 5 à 17ans non-stop. Je suis ensuite parti étudier à Rennes en sciences politiques où j’ai obtenu mon master en 2011. Depuis août 2011, je suis parti à Montréal au Québec pour suivre un cursus en gestion. Pourquoi être parti là où tu es actuellement? Quels étaient tes principaux objectifs? Quelle durée penses-tu y rester? A l’origine, je voulais revivre une expérience à l’étranger. J’avais déjà passé 7 mois en Inde entre 2009 et 2010, et j’y ai attrapé la passion du voyage et de la découverte d’autres cultures. Alors après generic for lipitor les +40°C, je me suis dit pourquoi pas tenter les -30°C ! Plus sérieusement, j’avais surtout envie de découvrir l’Amérique du Nord le temps de mon diplôme, qui se déroulait en minimum 1an et demi. Ceux-ci ont-ils changé depuis? Cela fait deux ans que je suis ici, et je n’ai quasiment rien visité du continent, si ce n’est le Québec et New York lorsque les parents sont venus me rendre visite. En posant les pieds à Montréal, j’ai découvert une ville vraiment active et un cursus universitaire vraiment intéressant. A nexium dosage partir de là, les projets dans et en dehors de l’université se sont multipliés, et le cadre de vie montréalais m’a parfaitement convenu. Donc le voyage oui, mais une fois tous mes travaux finis et mes projets clôturés à la fin du mois d’août ! Après ça, j’entreprends un voyage de 2 mois un peu partout au Canada et aux Etats-Unis. Vous pourrez d’ailleurs suivre mes aventures sur mon blog. Qu’as-tu fait depuis ton arrivée? Des voyages, des petits boulots…? Tellement de choses… A l’université déjà, j’ai suivi des projets de journalisme économique et écris régulièrement dans le journal de l’école, où je me suis fait remarquer, même par le directeur ! lipitor dosage J’ai eu la chance de travailler avec plusieurs professeurs, pour corriger des étudiants, être assistant de cours, participer à des recherches… Puis en dehors de l’école, j’ai pu travailler avec une start-up sur l’éducation informelle ou encore travailler dans un café de quartier. Sans oublier bien sûr la création du site internet de Douzillac Mon Village que je pilote depuis un an à distance. Niveau voyage, quelques excursions ont valu le coup, à Toronto et Ottawa la première année. La route des vins également, car oui, on commence à faire du presque bon vin au Québec. Puis cette année, New York reste encore le summum, avec un voyage au nord du Québec, en Gaspésie, qui est une région magnifique pour sortir de la ville. Quelles sont les principales différences avec la France / les attraits du pays / ce qui te manque?
27 décembre 2012 : 45cm de neige en 24h.

27 décembre 2012 : 45cm de neige en 24h.

L’hiver ! Ici, il dure entre 4et 6 mois, les tempêtes de neige sont régulières et j’ai déjà vécu des ressentis à -35°C… Mais ce n’est pas si terrible que ça puisque tout le monde est bien équipé et c’est d’autant plus agréable qu’on aime les sports d’hiver. Dans le panier des attraits, je mettrai sans hésiter le système universitaire québécois, qui nous redonne tellement de confiance et le goût d’apprendre après avoir été souvent rabaissé par le fonctionnement à la française. Ici, je peux discuter, travailler voire tutoyer des professeurs sans connaître ce fossé que j’ai connu en France. J’ai même passé un Noël dans la famille d’un professeur bienveillant ! Cela motive et donne même envie d’enseigner un jour… La ville de Montréal est en soi très chouette, en ce qu’elle est à la fois diversifié et spacieuse. Les parcs ne manquent pas, un élément essentiel pour qui a grandi dans la verdure. Puis la vie culturelle est exceptionnelle, avec de nombreuses activités gratuites durant tout l’été pour profiter à fond.
Mmh, la bonne poutine québécoise!

Mmh, la bonne poutine québécoise!

Après, c’est certain que la nourriture française me manque… Non pas qu’on ne la trouve pas facilement, mais qu’elle est beaucoup plus chère ici. Fromages et vins au premier abord. Heureusement, je reçois régulièrement de bons colis garnis de mets du Gers de la part de mes grands-parents. Cependant je ramènerai bien la recette de la poutine, le plat typique québécois, composé de frites, de fromage en grain qui couine sous la dent et d’une sauce brune. C’est parfait pour les temps de froid!   Quelle(s) bonne(s) idée(s) pourrait-on exporter selon toi chez nous, au mieux à Douzillac? La créativité est une marque de fabrique à Montréal, et chaque jour on y découvre des initiatives inspirantes. J’en vois quelques unes pas si compliquées à imaginer un jour ou l’autre en France : le parcmètre que tu peux payer avec ton portable par exemple. La carte d’identité et le permis au format d’une carte de crédit (avouez, c’est quand même plus pratique dans le portefeuille !). Les fontaines à eau présentes un peu partout – j’étais bien triste le jour où le robinet extérieur du gîte a été enlevé. Oh, et le calme et le respect ambiant : pas besoin de pousser pour rentrer dans les transports en commun (bus, métro), on fait la queue, c’est tout aussi efficace ! Un mot pour les douzillacois, jeunes comme vieux, désireux de découvrir un nouveau pays? Comme l’a dit Claire précédemment, il n’y a rien de mieux pour se former l’esprit. L’Inde m’avait appris à être confronté à toutes sortes de problèmes et devenir très autonome. Le Québec m’aura certainement montré tout un tas de solutions que j’espère partager à mon retour en France. Le voyage est un élément clé pour comprendre le monde d’aujourd’hui et sa diversité, tant pour découvrir des paysages grandioses que des gens formidables. Alors même si la différence culturelle peut être source de conflit, elle peut aussi vite devenir une forme d’épanouissement, dès lors qu’on apprend sur soi en discutant avec l’autre. Paul nous présente le Québec en photos et en saisons :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Puis découvrez la Gaspésie à travers une vidéo d’un voyage de Paul et ses amis :   Alors, envie de traverser l’Atlantique? N’hésitez pas à laisser des commentaires ou questions! La prochaine destination prévue? Un indice : c’est le pays des wallabies!

There are no comments yet.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked (*).