Pendant l’été, on rêve beaucoup de voyages exotiques, loin du quotidien. Parallèlement à cela, les médias français mettent de plus en plus en avant ces phénomènes d’exil des populations jeunes en quête d’un avenir ou d’un nouveau souffle loin de leur terre natale. Les Douzillacois n’y échappent pas, et leur histoire permet d’illustrer une diversité de situations et du nuances par rapport au tableau noir du moment.

Nous présentons une série de billets pour l’été racontant les aventures de jeunes Douzillacois partis tenter leur chance à l’étranger. C’est le quotidien de quelques uns de nos jeunes concitoyens, qui ont fait le choix de s’exiler dans des destinations exotiques le temps d’une année ou deux, pour une césure, un cursus universitaire ou une expérience professionnelle, avant de revenir au bercail.

Nous commençons donc avec l’expatriée la plus récente, Claire Zengerlin, partie en mars 2013 vivre au Japon. Elle nous raconte ses premières impressions.

Claire vous fait le tour du propriétaire

Claire vous fait le tour du propriétaire

Peux-tu te présenter en quelques lignes?

Je m’appelle Claire, j’ai 22 ans et j’ai grandi à Douzillac. Je suis partie vivre sur Bordeaux après le bac pour faire mes études, que j’ai terminées en octobre 2012. Et je vis désormais au Japon depuis le mois de Mars, avec mon copain.

Pourquoi être partie là où tu es actuellement? Quels étaient tes principaux objectifs? Quelle durée penses-tu y rester?

Je suis partie car mon copain a été pris dans une équipe cycliste sur Tokyo. Il est coureur cycliste depuis quelques années. Il a fait la demande l’an dernier car nous souhaitions partir à l’aventure tous les deux, mais ne savions pas encore où. Nous avons appris que nous allions partir en octobre dernier. Nous étions super contents mais aussi un peu stressés… peur de ne pas aimer, peur de l’échec, de la barrière de la langue,etc. Mon objectif à moi était de devenir mannequin. Et nous sommes partis pour un an, car notre visa Vacances-Travail ne pouvait pas être prolongé plus.

Ceux-ci ont-ils changé depuis?

Aujourd’hui, j’ai atteint mon objectif, je suis modèle sur Tokyo et j’arrive à très bien en vivre. Je compte donc rester plus qu’un an, si je trouve une solution pour obtenir un nouveau visa.

Qu’as-tu fait depuis ton arrivée? Des voyages, des petits boulots…?

J’ai fait quelques week-end en dehors de Tokyo, pour suivre mon copain sur des courses cyclistes, ou pour des shootings. Nous avons également visiter Tokyo et ses alentours.

Quelles sont les principales différences avec la France / les attraits du pays / ce qui te manque?

La plus grosse différence c’est probablement le côté « clean » et respectueux des japonais. La sécurité, la nourriture, la langue, l’écriture (je suis une illettrée ici…). La seule chose qui me manque en France c’est ma famille et mes amis. Et les belles plages!

Quelle(s) bonne(s) idée(s) pourrait-on exporter selon toi chez nous?

Les japonais ont tellement de bonnes idées, ils ont toujours une longueur d’avance, mais difficile à exporter en France car les mentalités sont trop différentes, ça ne marcherait pas.

Par exemple, on trouve des distributeurs de boissons partout au Japon. Que ce soit en ville ou dans les campagnes reculées! Mais de ma propre expérience, difficile de croire qu’on peut laisser un distributeur sans surveillance en France… Il serait certainement vandalisé! Mais ici, on ne voit aucune dégradation, c’est impossible dans la mentalité japonaise!

Différents types d'onigiri

Différents types d’onigiri

Un bento japonais

Un bento japonais

Ou encore un exemple: le bento! C’est le nom que portent des barquettes toutes prêtes de nourriture. On y trouve principalement du riz, accompagné de viande ou de poisson, avec quelques légumes ou pickles japonais. Ou bien l’onigiri ! C’est du riz moulé en triangle ou en rond, qui peut être fourré à pleins de goûts différents et se mange aussi facilement, si ce n’est mieux, qu’un sandwich, et c’est beaucoup plus sain! Les gens en mangent très souvent ici, les midis et soirs, voire le matin, car ils n’ont pas le temps de cuisiner et pas la place nécessaire dans leur kitchenette. Je pense que ce concept ne marcherait pas en France car trop peu de gens en achèteraient. En france on aime trop cuisiner. Mais pourquoi pas essayer de l’importer! On ne sait jamais! En plus, c’est troooop bon!

Un mot pour les douzillacois, jeunes comme vieux, désireux de découvrir un nouveau pays?

You can do it!!! Même pas peur de partir! C’est ce qu’il faut vous dire! Car je vous assure que peu importe votre destination, peu importe si vous subissez un échec ou si vous réussissez, ça ne pourra être qu’une folle expérience! En 4 mois au Japon, j’ai tellement évolué, je vois ma vie différemment aujourd’hui. Il faut vivre au jour le jour. Même si tout le monde nous l’a toujours dit, il n’y a que quand on bouleverse son quotidien qu’on en est capable. Vous ferez de belles rencontres aussi. C’est une vraie aventure humaine!

 

Voici quelques clichés du Japon pris par Claire : Régalez-vous!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Alors, ça vous a plu? N’hésitez pas à laisser des commentaires ou questions! La prochaine destination prévue? Un indice : on y trouve du bon sirop d’érable!

Vous avez entre 15 et 30 ans, avez vécu à Douzillac une partie de votre vie et résidez actuellement à l’étranger pour tout type de raison? Écrivez-nous à paul.mariuzzo@gmail.com et racontez nous votre histoire!

There are no comments yet.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked (*).

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.