Le sureau noir (Sambucus nigra) ou grand sureau est l’un des arbustes connus des cueilleurs-gourmands. Comment le reconnaître pour concocter de savoureux pots de confitures, des beignets ou autres douceurs ?

Il peut  atteindre 6 m de haut et autant d’envergure. On le rencontre dans toute l’Europe dans les haies, les fossés, les lisières de forêts mais également les terres agricoles abandonnées et les décombres. La plupart du temps, il se plait dans un sol frais. En cette période, on l’identifie facilement grâce à ces fruits, excepté si les oiseaux se sont déjà servis (ce qui est probablement le cas).

Les plus pressés les goûteront sans attendre au pied de l’arbuste. Cependant, savamment accompagnées de sucre et d’épices, ces petites baies rouges, puis noires (signe qu’il est temps de remplir les paniers) se transformeront en gelée ou sirop révélant leurs goûts acidulés et sucrés. Pour les plus grands, le vin de sureau se prépare avec les fleurs que l’on récolte en juin. Bien que cet apéritif se consomme avec modération, il est compréhensible que l’on souhaite en préparer quelques bouteilles d’avance,  songer alors à laisser des ombelles sur l’arbuste afin qu’il puisse fructifier et assurer son rôle d’hôte des campagnes.

En effet, en laissant quelques fleurs sur l’arbre, vous permettez à de nombreux insectes de se nourrir. Le sureau héberge une faune importante dont des papillons, des abeilles sauvages, des guêpes et carabes qui nourriront à leurs tours les oiseaux. Ces derniers installent d’ailleurs très volontiers leurs nids sous l’épais couvert du feuillage.

Si vous êtes jardiniers, le sureau saura vous rendre service. Tout d’abord par les auxiliaires de culture qu’il héberge et d’autre part par ses propriétés insectifuges et antifongiques. En effet, vous pouvez pulvériser une décoction de 100 g de feuilles pour 1 litre d’eau sur vos plantes attaquées par les pucerons, altises et noctuelles. Cette préparation est à renouveler tous les trois jours. L’infusion (même dosage à infuser 12 heures) quant à elle serait efficace en traitement curatif contre les champignons (rouille, mildiou, oïdium…). Enfin, le purin de sureau éloignerait les rongeurs et les taupes.

Il est noté dans les vieux livres de déposer des feuilles de sureau sur les tas de grains pour prévenir les invasions de « charançons des grains ». pourquoi ne pas tenter d’en mettre dans les lieux de stockage des farines…

 

Si vous avez un doute concernant son identification, mieux vaut tout de même demander à un connaisseur. En effet, en France, il existe une plante toxique qui lui ressemble beaucoup : Sambucus Ebulus, le sureau  yèble ou faux-sureau. Pour vous éviter des troubles digestifs escortés de nausées plus ou moins virulentes, voici les caractéristiques qui vous permettront de faire la différence. Tout d’abord, le sureau yèble reste petit, compté deux mètres maximum car chaque hiver, il  disparaît. Par conséquent, le sureau yèble n’a pas d’écorce. Ensuite, pendant la période de la fructification, les grappes de fruits du faux-sureau sont dressées vers le ciel contrairement au sureau noir, dont les fruits tombent vers le sol.

Un peu d’histoire… un peu de folklore… un peu d’imagination.

Malgré son odeur caractéristique et pour le moins désagréable, le sureau noir accompagne nos ancêtres depuis des temps immémoriaux.  Des traces de son utilisation sur plusieurs sites préhistoriques ont été d‘ailleurs découverts.  C’est certainement pour cela qu’on lui a attribué des pouvoirs mystiques. Dans certains pays, on pense qu’il protège la maison et le jardin de la présence des esprits malins. Il parait qu’il ne serait jamais atteint par l’orage et que s’il se sème naturellement chez vous, la chance vous sourira…

Si vous être mélomane et habile, le sureau sera votre compagnon. En enlevant la moelle d’une branche, vous pourrez fabriquer une flûte qui vous suivra pendant vos ballades; peut-être l’occasion de rencontrer un faune périgourdin…

Sources:

Wikipédia

Guide des fruits sauvages  – fruits charnus – Gerard Gilllot et Jean-Emmanuel Roché

Lamontagne Michel – le nouvel agenda du jardinage

Larousse des plantes médicinales

Guide pratique du jardinier français ou manuel d’horticulture de Desmoulins Philippe

There are no comments yet.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked (*).