« Oh ! Regarde! Un colibri ! » Sauf s’il s’agit d’un oiseau échappé d’élevage, il n’y a pas de raison d’observer un colibri butiner nos fleurs. Par contre, le papillon Moro-Sphinx (Macroglossum stellatarum) a des traits communs, ce qui peut  parfois prêter à confusion.  Il s’agit d’un petit papillon trapu, d’environ 4-5 centimètres d’envergure qui mérite à plus d’un titre notre attention.

Photo d'un papillon Moro-Sphinx 2.png

Photo de Florent CABRET

Tout d’abord, c’est un insecte qui est très souvent confondu avec le fameux oiseau mouche car il est capable de faire un vol stationnaire avec 75 battements d’ailes par seconde à la recherche de nectar nourricier. On l’observe souvent dans nos jardins proches de fleurs violettes, bleues ou blanches. Sa longue trompe lui permet de récolter le nectar que les autres insectes n’ont pas pu atteindre. Vous pouvez l’observer également dans les prés, les buissons sur le gaillet, la valériane ou la silène…

Moro Sphinx 07-06-07.jpg

Photo de Yves Bougardier

En plus d’une dextérité exceptionnelle, ce petit papillon est également un des plus rapides de France. Il est capable de dépasser les 50 km/h, autrement dit plus de 13 m/s. Ses  qualités d’athlète ne sont plus à démontrer. Cependant, nous ne sommes pas au bout de ses surprises. En plus de l’agilité et  rapidité, on rajoutera l’endurance. Les concurrents du Tour de France n’ont qu’à bien se tenir…. 3000 km est la distance qu’il peut parcourir pour atteindre ses zones  estivales ou d’hivernage. De mai à juillet, ces migrateurs viennent agrandir la première génération qui est née sur place. Depuis quelques années, en effet, (est-ce dû au réchauffement climatique ?) des individus restent hiverner dans nos contrées, c’est pourquoi, nous les voyons de plus en plus tôt, parfois à partir de mars.

Distribution du Macroglossum stellatarum. En bleu: aire de répartition d’été En vert: aire de répartition toute l’année En jaune: aire de répartition possible d’hiver.

Voici quelques clichés pour illustrer le cycle de vie de ce petit papillon et peut-être vous permettre de l’identifier plus facilement.

Macroglossum stellatarum - egg 1 (HS).JPG

Photo de Harald Süpfle : œuf sur feuille de Gaillet

Macroglossum.stellatarum.caterpillar.3078.Liosi.jpg

Photo de A. M. Liosi : chenille de Moro-Sphinx – corne caractéristique des chenilles des Sphinx

 

 

 

 

Macroglossum.stellatarum.pupa.4090.Liosi.jpg

Photo de A. M. Liosi: chrysalide de Moro-Sphynx, Sa chenille passe l’hiver dans un cocon enfoui dans les feuilles mortes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Moro-sphinx a deux cousins avec lesquels on peut le confondre. Ils ont tout trois un apparence et un mode de vie similaire. Voici une série de photos de dos des trois butineurs fous:

 

Ressources:

D.J. Carter et B. Hargreaves, Guide des chenilles d’Europe, Paris 2001, Delachaux & Niestlé

https://www.insectes-net.fr/moro%20sphinx/moro-sphinx2.htm 

Wikipédia

La hulotte

There are no comments yet.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked (*).

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.