Bien qu’il fasse partie des membres les plus colorés de la famille des corbeaux, le geai des chênes est en fait assez difficile à observer en forêt. Il est timide et s’éloigne rarement du couvert des arbres. Par contre, soyez en sûr, vous l’entendrez, car c’est une des plus efficaces sentinelles de nos forêts et les animaux ont appris qu’au moindre cri d’alerte, il est préférable de se cacher.

La vidéo ci-dessous vous permettra d’associer le son à l’image. Attention aux oreilles mélomanes, car lorsqu’il cacarde, cajole, frigulote ou jase, ce n’est pas toujours agréable.

Comme vous pouvez le constater, cette panoplie de chants, sifflements et cris est assez variée. Mais ce n’est pas tout, car il est également capable d’imiter d’autres animaux comme le chat ou la buse variable pour se protéger des prédateurs.

D’ailleurs, son nom scientifique est tout à fait en lien avec sa réputation d’oiseau bruyant (Garralus = bavard) et sa boulimie pour les glands de chêne (Glandarius).

Le geai des chênes peut, si vous n’êtes pas trop loin d’un lisère de bois, s’approcher des mangeoires hivernales pour piocher dans les grains de maïs, cacahuètes et noix. Mais, il aura toujours une préférence pour les glands, châtaignes, faines et noisettes. Comme tous les corvidés, il est omnivore et nourrira ses petits avec un menu principalement composé d’insectes, petits rongeurs, lézards, amphibiens. Il est également opportuniste et pourra si l’occasion se présenter, manger des œufs et des oisillons.

Le geai est une des rares espèces d’oiseaux qui thésaurisent. Ce mot barbare signifie qu’il fait des stocks de provision pour l’hiver. Il inspecte soigneusement les glands et faines afin de sélectionner les plus murs, exempts de maladie et insectes. Il les stocke alors dans une poche sous son bec et part les cacher dans la foret sous des racines, des tapis de mousses et des feuilles. Il est même capable de déposer des cailloux pour faire des repères visuels. Il a été estimé qu’un seul individu pouvait cacher plus de 4000 glands chaque année. Comme il ne les mangera pas tous, il contribue ainsi au reboisement des forêts françaises et européennes. C’est donc un bon auxiliaire pour le forestier.

Il est plus simple de l’observer dans les parcs et jardins qu’en forêt. Son plumage étant caractéristique, le reconnaître est assez facile grâce ses couleurs bien distinctes. Cet oiseau de la taille d’une tourterelle est brun rosé sur le dessus et brun clair sur le dessous. Le haut de sa tête est strié et son bec noir est suivi d’une sorte de moustache de la même couleur. Ce sont surtout ses ailes qui attirent l’œil car, les plumes se parent d’un joyau bleu ciel, barré de bleu sombre sur un fond noir et blanc. Trouver une de ces plumes est un trésor que je garde précieusement!

Bonnes observations à tous!

Sources :

Oiseaux.net

Wikipédia

Pixabay

There are no comments yet.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked (*).

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.