A l’occasion des deux ans du site internet Douzillac Mon Village, une rencontre du comité de pilotage s’est réunie samedi 22 novembre à la mairie pour faire le bilan des années écoulées et préparer l’avenir de ce projet collectif.

 
Présents : Tanneguy Arrou, André-Pierre Chavatte, Georges Matignon, Christian Thebault, Fabienne Raynaud, Jean-Michel Raynaud, Paul Mariuzzo-Raynaud

Excusés : Solange Jolly, Delphine Miglinieks, Alain Landraud, Béatrice Oudart, Catherine Benkraouda, Emilie Dussarrat, Solange Durville, Alain Devise, Anthony Dubois, Aurélie Puech

Après un bref retour sur le bilan des deux ans de l’aventure Douzillac Mon Village disponible sur le site, la conversation s’est rapidement tournée vers les enjeux de demain.

Le statut juridique

Sur la question de la forme juridique à prendre pour résoudre les questions de propriété du site, trois hypothèses ont été présentées :

– passer par une association existante

– passer par la municipalité

– créer une nouvelle association

Les personnes présentes rappellent leur attachement à une structure indépendante, sans rapport de hiérarchie avec une des entités. Le fait d’intégrer une association spécifique risquerait tantôt de créer un rapport de concurrence avec les autres acteurs impliquées, tandis que l’intégration avec la mairie pose la question de la responsabilité du maire comme éditeur. Cette forme impliquerait certainement un contrôle accru du contenu avant toute publication, tuant toute sorte d’initiative de la part de certains.
De plus, Georges Matignon fait valoir l’intérêt certain d’un grand nombre de personnes à se former aux outils numériques, et qu’il y a tout un nouveau créneau à développer.

Le choix est fait de proposer la création d’une association, qui devrait voir le jour avec une réunion à faire en janvier. La rédaction des statuts devrait faire l’objet d’un travail collectif avant cela.

Vers une rédaction décentralisée du contenu

Le développement d’un système de rédaction des articles et des pages plus contributif est en cours de réalisation. Sur le plan technique, nous pouvons compter sur le soutien d’un web développeur habitué à l’outil WordPress, qui va nous aider à créer un système de permissions et restrictions des accès à l’arrière-boutique. Chaque rédacteur pourra ainsi agir de façon autonome, sans se soucier des autres contributeurs et en ne traitant que des éléments le concernant.

Aucun contrôle a priori des articles ne serait réalisé si ce n’est en interne (au sein des associations), privliégiant un contrôle a posteriori des articles, avec la possibilité de les modifier même après publication.

Une charte engagera par ailleurs les rédacteurs de façon à éviter tout débordement. Mais après deux ans d’expérience, il semble qu’il n’y ait pas trop de souci à se faire à ce sujet, chacun jouant parfaitement son rôle.

Pour former chacun des rédacteurs comme il se doit à l’ensemble des outils disponibles, nous établirons une rencontre à la fin de chaque mois, pour travailler sur un aspect de la rédaction et rédiger l’infolettre de manière collective. Une fiche récapitulative permettra de garder une trace de ces formations et de passer le relais d’année en année. Elle s’adressera autant à ceux désirant de se former intégralement sur l’outil qu’aux curieux désireux de découvrir un aspect particulier du site (gestion des photos, création de pages…).

Au-delà de cette prise en main collective de l’outil destiné à le dynamiser, différents projets interactifs ont été discutés pour rendre certains aspects du site plus lisibles, amusants et pédagogiques.

Des jeux à visée pédagogique et des lots à gagner

Chaque mois, des jeux-photos sont proposés par Georges Matignon (photo-détail) et Tanneguy Arrou (question histoire), qui nous offrent une façon de redécouvrir le village sous différentes perspectives. Si ces jeux sont une source d’intérêt certain pour les lecteurs d’après les statistiques du site, il reste un blocage sur l’interactivité voulue avec les habitants. En effet, il n’y a pas de bon système de réponse en l’état, quiconque donnant sa réponse publiquement en commentaire réduisant l’objectif de recherche des suivants. Et peut-être que le fait de ne rien avoir à gagner au bout de cette quête réduit également l’intérêt de donner une réponse.

Dès lors, la création d’un véritable jeu donnant lieu à un classement, avec des règles revisitées (réalisation d’un selfie à l’endroit de la photo-détail?), des points à attribuer (qualité des réponses), voire de nouveaux jeux (concours photos thématiques) pourrait rendre l’exercice plus engageant. La possibilité de gagner un prix pouvant peser dans la balance, il serait intéressant de proposer aux artisans et commerçants locaux de participer à la constitution d’une cagnotte, en échange de bons procédés (articles portraits, localisation soignée…).

La distribution des points se ferait alors pendant la réunion de préparation de l’infolettre à la fin de chaque mois, et les classements finaux pourraient s’établir sur une base semestrielle.

Des cartes plus interactives

Au fur et à mesure que le site s’enrichit d’articles en tout genre, la recherche d’un article spécifique peut devenir digne d’une enquête policière. De la même façon, un nouvel habitant ou un touriste de passage désireux de mieux appréhender l’histoire ou les services et commerces locaux risque de ne pas savoir par où commencer dans sa navigation des pages.

Pour clarifier cela, l’intérêt de passer par des cartes interactives du territoire s’avère être une piste intéressante. Nous avons présenter un exemple de ce que pourrait être une carte recensant les services locaux sur un plan (poste, mairie, restaurant, espaces de jeux, chambres d’hôtes…) et les liens redirigeant vers la page appropriée. Ainsi, dès qu’un nouvel article ou qu’une page serait modifiée, nous pourrions indiquer où se déroule (déroulait) un événement sur ce plan.

Brouillon de carte pratique de Douzillac :

 

Pour la valorisation du contenu préexistant

Un dernier aspect de dynamisation du site a été abordé, à savoir la valorisation d’articles et textes rédigés à une autre époque, mais ayant une visée similaire que l’objectif que s’est donné le site de Douzillac Mon Village. En effet, à une époque où Internet était bien moins développée, certaines initiatives papiers distribuées aux habitants, à l’instar de « Liaison Postale » ou « Douzi’Info » offraient d’excellents articles sur l’histoire du village, des anecdotes, etc.

Georges Matignon parle dans la même veine du travail fait sur le site de la mairie de Neuvic, qui a mis en ligne les journaux de l’entreprise Marbot depuis 1943. Une véritable mine d’or historiographique de cette institution qui a marqué l’histoire du territoire.

Dès lors, pourquoi ne pas remettre au goût du jour ces informations qui avaient déjà pour objet l’animation du territoire local ? En retrouvant l’ensemble de ces documents, le site pourrait rapidement s’enrichir. Et peut-être à terme, donner l’envie aux habitants de chercher dans leur tiroir pour participer à cette quête de la mémoire collective !

Rendez-vous donc à la mi-janvier pour la création de l’association « Douzillac Mon Village »!

There are no comments yet.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked (*).

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.