Jeu de Juillet – La petite Histoire de Tanneguy Arrou

Chaque mois, retrouvez les petites questions de Tanneguy Arrou sur l’histoire de la commune, et les réponses qui vont avec ! Ce mois-ci, on continue à suivre les traces de GIs américains dans nos contrées, avant de chercher celles des Lorrains et de leur croix à Mauriac.

La photo « Histoire de Douzillac » : Et ce fut la Grande Guerre – 2
La réponse de Tanneguy Arrou

Histoire GI NiautouneixNovembre 1917 : En allant au front les Américains eux aussi ont eu leur contingent de morts et de blessés. Ils auront donc besoin de zones de replis pour installer leurs formations hospitalières et la vallée de l’Isle a participé à cet accueil. Montpon-sur-l’Isle (en fait l’hôpital de Vauclaire ) a accueilli les soldats les plus lourdement atteints.

Fin septembre 1918, le château de Neuvic (28 pièces) a servi d’abri pour les convalescents. Ils y resteront jusqu’à fin novembre. Mais l’histoire n’en reste pas là car en 1924 c’est le Capitaine Philip Hemenway Chadbourne qui rachète le château de Neuvic (Il y avait séjourné 6 ans plus tôt). Il y créera ce que l’on a appelé « l’Ecole Américaine » ou plus exactement : Vacation adventures for American boys, qui perdurera jusqu’en 1931.

C’est le 22 septembre 1918 que la formation hospitalière américaine arrive à Douzillac et aux Niautouneix plus précisément. Mlle Edwige Chevalier Lareygne héberge un Capitaine et un Lieutenant. Avec M. Jean Dessagne elle accueillera également une centaine d’hommes : infirmiers et convalescents. Comme à Neuvic ils repartiront vers le mois de novembre 1918.

Aux Niautouneix il existait autrefois une cavité naturelle (section AN n° 149) aujourd’hui comblée. Dans les années 1960 on y a retrouvé des boites de rations de l’Armée Américaine et des béquilles en bois comme on les faisait au début du 20ème siècle.

La photo « Histoire de Douzillac » : Une Croix de Lorraine à Mauriac
La question de Tanneguy Arrou

Croix Lorraine MauriacNous sommes là à quelques dizaines de mètres du Château de Mauriac.

Mais que vient donc faire là cette croix de Lorraine ?

Quand a-t-elle été érigée ?

Photo Quizz de Juin

Après un mois d’absence de photo !!!! Vous avez sans doute trouvé cette pancarte =

gare DouzillacC’est le panneau qui annonce la gare de Douzillac, sur la voie ferrée,  au niveau du village de la Vaurille.

Ce mois ci il faut chercher ce motif abstrait … Bonnes recherches

photo quiz juin

Enregistrer

Enregistrer

guerre

Jeux de Juin – La petite Histoire de Tanneguy Arrou

Chaque mois, retrouvez les petites questions de Tanneguy Arrou sur l’histoire de la commune, et les réponses qui vont avec ! Ce mois-ci, on commémore le centenaire du passage des Américains dans les environs de Douzillac pendant la guerre, avec des réponses pour 1917 et d’autres questionnements pour 1918.

La photo « Histoire de Douzillac » : Et ce fut la Grande Guerre
La réponse de Tanneguy Arrou

guerre 1917 americains

La tranchée des Américains figure également sur la carte IGN

Les GI sont passés à Douzillac en 1917. Ce sont en fait nos voisins de St Jean d’Ataux et St Germain du Salembre qui les ont davantage côtoyés.

Les Etats-Unis entrent en guerre en avril 1917 et les premiers soldats américains débarquent en juin. Mais leur présence sur le front n’est effective qu’en novembre 1917. Il y a peu d’archives concernant leur présence en Dordogne mais on sait qu’ils étaient là pour s’entrainer, s’exercer au tir et apprendre à creuser des tranchées.

L’Astaudelle (association de St Jean d’Ataux) tire son nom d’un ancien stand de tir qui remonte à cette époque.

Dans les bois en limite de St Jean d’Ataux et St Germain du Salembre, les Boys ont creusé des tranchées. L’appellation  « la tranchée des Américains  » est restée et c’est aujourd’hui devenu un lieu-dit. Les géomètres qui ont revu le cadastre actuel en 1970 ont immortalisé ce nom.

La photo « Histoire de Douzillac » : Et ce fut la Grande Guerre – 2
La question de Tanneguy Arrou

guerre americain 1918Les soldats Américains sont revenus en 1918 dans la vallée de l’Isle. On les a vus à Neuvic, àDouzillac et même à Montpon. Que venaient ils faire ?

Enregistrer

Jeux de Mai – La petite Histoire de Tanneguy Arrou

Chaque mois, retrouvez les petites questions de Tanneguy Arrou sur l’histoire de la commune, et les réponses qui vont avec ! Ce mois-ci, on (re)découvre les vestiges d’une mission du diocèse dans le bourg de Douzillac, et nous revenons cent ans en arrière pour raconter les histoires intérieures de la Grande Guerre.

La photo « Histoire de Douzillac » : Au cœur du village
La réponse de Tanneguy Arrou

Une autre mission est passée en 1930

Au sortir de la Révolution, l’Eglise de France était désorganisée : églises non entretenues, presbytères vendus comme biens nationaux, clergé ayant subi des persécutions et décimé… En Dordogne, le phénomène est aggravé car le Diocèse de Périgueux disparait et est rattaché à celui d’Angoulême (de 1801 à 1817 ).

Au niveau national on verra un travail de reconquête, de rechristianisation : ce sont entre autre les Missions Paroissiales. Elles duraient une à plusieurs semaines. Dans les villes et villages, des missions diocésaines venaient en retraite et effectuaient des  » prédications extraordinaires ». Chaque mission était l’occasion d’ériger une croix au cœur du village : c’est la Croix de Mission, comme celle de 1872 dans le bourg du village.

En Dordogne la 1ère mission connue est celle de Bergerac (1810) ; La Révolution de Juillet 1830 y mit un terme mais elles reprirent vers 1840 et tout le long du 19ème siècle. Une autre mission aura lieu à Douzillac du 2 au 23 février 1930 comme l’indique le cadre accroché par Mr François sur le pilier central de l’église.

La photo « Histoire de Douzillac » : Et ce fut la Grande Guerre
La question de Tanneguy Arrou

Histoire

Un casque de Poilu

Il y a 100 ans la France était en guerre. Nos poilus bénéficiaient rarement de quelques permissions et ils revenaient à Douzillac dans leur  bel uniforme. C’était un peu de guerre (paisible) qui venait s’inviter au village. Précisons qu’à l’époque il n’y avait ni radio, ni télévision, ni  internet… La guerre c’était loin.

Mais en 1917, on a vu des soldats étrangers à Douzillac. Que venaient-ils faire ? Quel uniforme portaient-ils  ?

Enregistrer

Enregistrer

photo Quizz d’ Avril

Bonjour a tous , le mois dernier nous cherchions un nid d’hirondelle en construction …. Il était tout simplement sous la corniche de l’église …..

 

Pour ce mois ci il falloir trouver un panneau indicateur =

Bonnes recherches !!

Jeux d’Avril – La petite Histoire de Tanneguy Arrou

Chaque mois, retrouvez les petites questions de Tanneguy Arrou sur l’histoire de la commune, et les réponses qui vont avec ! Ce mois-ci, roulements de Tambour pour la chute de l’histoire du « soldat oublié », et nous interroge sur une pièce centrale de la place de l’Eglise.

La photo « Histoire de Douzillac » : Le soldat Tambour – Le petit grain de sable de l’histoire de Douzillac
La réponse de Tanneguy Arrou

Le 11 novembre 2001 a été particulièrement éprouvant pour Alain AUXERRE notre ancien Maire. La presse s’était fait écho du soldat TAMBOUR, il y avait plus de monde que d’habitude et Sud-Ouest était là pour faire une photo.

Mais M. Auxerre nous a fait un beau discours comme il aimait les faire, ne manquant d’insister sur le devoir de mémoire et l’oubli qui venait d’être réparé en remerciant bien sûr tous les protagonistes. Tout s’est bien passé d’autant plus qu’on l’a cru sur parole et personne n’est allé voir le monument aux morts de près pour consulter les listes.

Le petit village de Douzillac s’est assoupi dans l’hiver puis l’année 2002 est arrivée. Mais l’affaire rebondit quelques mois plus tard. Lors d’une petite visite à l’église M. FRANCOIS s’est aperçu que le soldat Tambour ne figurait pas sur les tableaux commémoratifs de la Grande Guerre. Lecture, relecture, re-relecture… Il a bien fallu admettre la réalité. Prenant son plus beau pinceau il a réparé l’oubli quelques semaines plus tard. Merci Mr FRANCOIS

Une petite pensée pour Roger TAMBOUR mort pour la France à 23 ans. Il était ouvrier agricole aux Niautouneix. Pour en savoir plus on ne manquera pas le livre de Mr Chavatte : « Douzillac, Parcours de Poilus »

La photo « Histoire de Douzillac » : Au cœur du village
La question de Tanneguy Arrou

La Croix de Missions de Douzillac

Nous sommes là au cœur du cœur du village. Mais quel est donc ce petit édifice auquel les passants ne prêtent plus attention ? De quelles missions s’agit-il?

L’agent spécial 007 serait-il venu régler une vieille affaire franco-anglaise datant de la Guerre de 100 ans  ?

La présence d’une croix au dessus de la stèle nous oriente-t-elle vers un contentieux des Guerres de Religions (16eme siècle) ?

Que s’est-il passé en 1872 ?

 

Photo Quizz du mois de Mars

Le mois dernier il fallait chercher cette manivelle , pour la trouver il faut aller se promener au bord de l’Isle en amont du barrage de Fonpeyre ( levée du bras mort ) 

 

Ce mois ci il vas falloir chercher un monument Douzillacois =

Bonnes recherches !!

 

 

Jeux de Mars – La petite Histoire de Tanneguy Arrou

Chaque mois, retrouvez les petites questions de Tanneguy Arrou sur l’histoire de la commune, et les réponses qui vont avec ! Ce mois-ci, on découvre l’histoire commune de Beauronne et Douzillac, et on s’interroge sur le soldat Tambour…

La photo « Histoire de Douzillac » : Souvenir commun beauronnais
La réponse de Tanneguy Arrou

Dordogne, mars 1944

Nous sommes trois mois avant le débarquement de Normandie. Les réfractaires du STO ont renforcé les maquis, la Résistance est très active (sabotages et attaques en tous genres), la traque aux juifs et aux terroristes s’intensifie, l’opinion publique est à la veille de basculer pour le parti gaulliste.

La  Division Brehmer (composée de la Wehrmacht et de SS) va opérer en Dordogne, Corrèze et Haute-Vienne du 26 mars au 16 avril 1944 : Exécutions sommaires de civils et de résistants, viols, incendies, pillages, déportations,destructions de campements de maquisards….

La région de Mussidan est investie le 26 mars. À Douzillac, au hameau des Thoumelies, 4 militaires se présentent  à 7 heures chez Mme Marguerite Sébastien, ils perquisitionnent et repartent avec son fils Léo, âgé de 38 ans.

Il n’y a pas de témoins mais l’on sait qu’il a été exécuté vers 8 heures à proximité de la gare de Beauronne où l’on retrouvera son corps.

Douze autres personnes de Petit Boissonnie, Thoumélies et Moulin  de Beauronne furent arrêtées ce jour là et emmenées à Périgueux.

C’est le 26 mars 2004 que la stèle commémorative a été inaugurée par les deux communes.

La photo « Histoire de Douzillac » : Le soldat Tambour – Le petit grain de sable de l’histoire de Douzillac
La question de Tanneguy Arrou

Dans certaines armoires douzillacoises, on conserve peut être quelques écrits historiques de Marcel Raymond. Plus que de l’Histoire ce sont des histoires, des historiettes et parfois même des ragots proches de la diffamation.

Il y a une dizaine d’années il a été prévu d’ajouter au Monument aux morts une plaque pour les combattants de la guerre d’Algérie et une autre pour la guerre d’Indochine. C’est alors que M. Raymond a signalé aux autorités compétentes que le soldat Roger Tambour (1894 -1917) ne figurait pas sur le  monument aux morts de la commune. Branle-bas général dans les archives, à la mairie, à la Préfecture. Le soldat Tambour – mort pour la France – mérite sa place sur le monument aux morts de la commune.

La presse aime ce genre d’histoires et Sud-Ouest n’a pas manqué de faire un bel article sur le soldat Tambour et la commune, soucieuse du devoir de mémoire et de réparer cet oubli.

Nouveau branle-bas général quelques jours avant le 11 novembre, alors que l’on venait fixer les nouvelles plaques et graver le nom de Roger Tambour. Personne n’avait pris soin de vérifier, mais Roger Tambour figurait bien sur le  Monument aux morts…

Connaissez vous l’épilogue de cette histoire qui, tel un jeu de piste, se poursuivra à l’église de Douzillac avec la bienveillante intervention de M. François ?

Photo Quizz de Février

Pour le dernier Quizz, il fallait aller se promener du coté de Bois Carré,  sur la DFCI derrière le château  .

 

Ce mois de Février , il va falloir sortir de Douzillac et chercher une … manivelle ?!?!      bon courage pour les recherches =

 

 

Jeux de Février- La petite Histoire de Tanneguy Arrou

Chaque mois, retrouvez les petites questions de Tanneguy Arrou sur l’histoire de la commune, et les réponses qui vont avec ! Ce mois-ci, on apprend que le Cerveau est un organe aquatique, tandis qu’on voyage du côté de Beauronne pour en découvrir plus sur l’histoire locale.

La photo « Histoire de Douzillac » : Un village intelligent?
La réponse de Tanneguy Arrou

La « mare » de Cerveau

Un peu d’expérience en toponymie nous enseigne que la majorité des noms de lieux ont une origine celte. Mais cette règle n’est pas absolue : le latin, l’occitan, l’anglais… peuvent intervenir pour expliquer l’origine de nos lieux-dits.

S’agissant de CERVEAU il existe un mot en vieux français – la serve – qui désigne une mare, un vivier… On dit lo servo en occitan.

Il y a en effet une mare à Cerveau et la municipalité soucieuse du petit patrimoine l’a aménagée il y a une petite dizaine d’années.

On trouve d’autres serves à proximité. Dans les bois de Douzillac, vers St Germain du Salembre, on a la Serventie (diminutif de serve) avec de petites mares où les animaux sauvages viennent boire. A St Vincent de Connezac on a le Chemin du moulin de la Serve.

Maintenant il convient de répondre à la question : Bien sûr que Douzillac est un village intelligent ! Si tel n’était pas le cas cela se saurait.

La photo « Histoire de Douzillac » : Souvenir commun beauronnais
La question de Tanneguy Arrou

Cette stèle se situe à Beauronne le long de la route départementale. Sur la photo on aperçoit le clocher de l’église.

Elle a été inaugurée il y a quelques années en présence du Maire de Beauronne, du Maire de Douzillac et du Général Rabot représentant le Souvenir Français.

Quand a-t-elle été inaugurée ?

Quel évènement nous rappelle-t-elle ?